top of page
  • Photo du rédacteurSœur Thérèse Henriette Mbaye - Représentante de la Tutelle

Joyeuses fêtes de Pâques à chacun de vous ! Alléluia Alléluia !






La Pâques chrétienne – la Résurrection du Christ crucifié, le passage de la mort à la vie. Le dimanche de Pâques, le 9 avril cette année, les chrétiens fêtent aussi la résurrection de celle de tous les hommes après du Christ. Ils célèbrent à la fois la résurrection du Christ et la promesse donnée aux hommes de ressusciter avec lui.


Ressusciter, c’est renaître à une vie nouvelle, dit l’Évangile. Cette renaissance commence dès maintenant, et se vit tous les jours.

Les baptêmes reçus par les néophytes au cours de la nuit de Pâques interrogent et ravivent l’ardeur de tous les baptisés. Une source de renouveau pour l’Église. C’est aussi une interpellation adressée à tous les « anciens baptisés » : qu’as-tu fait de ton baptême ? Jésus est-il toujours le Seigneur de ton existence ? La lumière du Christ est-elle celle qui te guide au fil des jours ?


En effet, le baptême est aussi la marque d’un commencement, d’un engagement à chercher et à suivre le Christ en toutes circonstances, sans se lasser, lui qui fait toute chose nouvelle et maintient vivants nos rêves, nos projets, nos grands idéaux.

Ceux qui vont recevoir le baptême au cours de la vigile pascale ont été séduits par la nouveauté qu’apporte la résurrection : « Jésus est la vraie jeunesse d’un monde vieilli (…), la jeunesse d’un univers qui attend d’être revêtu de sa lumière et de sa vie », écrit le pape François dans Christus vivit (n° 32).


Les néophytes, parce qu’ils réveillent notre ardeur, sont une grâce pour toute l’Église. C’est pourquoi il est important de les entourer la nuit de Pâques et surtout de continuer à les soutenir dans la suite de leur vie chrétienne.





Oui, la résurrection a eu lieu, sinon, comme le dit saint Paul dans la première épître aux Corinthiens, « vaine est notre foi ». La résurrection est le fondement de notre foi. Et nous en vivons déjà aujourd’hui.


Pendant les quarante jours du carême, un mot déserte nos liturgies ; il éclatera à nouveau dans la joie de la liturgie pascale : Alléluia (des mots « Hallel » (louange) et « Yah », formule abrégée du Tétragramme (YHWH) par lequel les Juifs désignent Dieu, l’indicible.

Ainsi, « Alléluia » signifie : louez Dieu ! Avant la proclamation de l’évangile de la nuit puis du jour de Pâques, l’Alléluia solennel éclate de tous les cœurs ; il encadre le psaume 117, lequel proclame la merveille du mystère qui se déploie : « Voici le jour que le Seigneur a fait ! Qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! » Alléluia !


cet évangile. Écoutons-le donc à frais nouveaux, se déroulant non pas dans nos seules églises, mais dans chacune de nos vies et dans le Corps ecclésial que nous formons, réunis dans une même communion spirituelle. Pâques est en effet le surgissement de la Vie dans le plus terrible des lieux : le sépulcre. C’est là que Jésus, le Christ Notre Seigneur, a voulu reposer : tout au long de ce carême, cette nuit et encore aujourd’hui, Il est venu saisir à bras le corps tous nos enfermements, toutes nos morts, tous nos désespoirs et tous nos échecs, ainsi que cette situation mondiale si rude que nous vivons. C’est dans les ténèbres de chacune de nos vies que, cette nuit, Il a surgi de nouveau, Vivant, ressuscité.


Jésus vit POUR NOUS. Il vit avec nous tout ce que nous vivons, non pas tristement, mais avec la joie et la puissance de sa résurrection. « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité ! »

Quittons nos tombeaux de désespoir, de crainte ou de doute, cherchons le Vivant : Il est là, infusant sa résurrection en nos cœurs afin que, par toute notre vie, nous L’annoncions à nos frères. Avec les saintes femmes, remplis de crainte et de joie devant ce grand mystère, inventons mille manières pour révéler la présence de Jésus ressuscité dans notre monde, à commencer par nos propres maisons. Jésus me précède en Galilée : que ma vie chante cette espérance pour L’offrir à ce monde qui souffre. Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité, que tout ce qui vit et respire le proclame !


Que le Christ ressuscité des morts nous inonde de sa clarté et nous libère des ténèbres du péché et de la mort. Que la vie jaillisse dans toutes les fibres de nos existences.


Joyeuses fêtes de Pâques à chacun de vous, membres de la communauté éducative de Jeanne d’Arc ! Alléluia Alléluia !




Comments


Tous les événements de l'Institution :