top of page
  • Mme Faty Sarr - Conseillère d'Orientation

Kit de survie pour bien s'orienter : en terminale, l'heure de vérité


C'est évidemment l'année cruciale : la terminale est le moment du choix définitif de votre orientation postbac. Si vous y avez réfléchi depuis deux ans, la décision sera plus facile. Dans le cas contraire, il faut vite rattraper le temps perdu pour mettre à plat vos envies et les possibilités qui s'offrent à vous.

Le moment est arrivé. Celui du choix de vos études supérieures. "Si vous avez déjà fait des démarches auparavant, ça devrait couler tout seul !", sourit Joanna Kaczynska, conseillère d'orientation psychologue au CIO (centre d'information et d'orientation) Mediacom à Paris. Tests métiers, de personnalité, discussions avec vos enseignants, votre entourage, la conseillère d'orientation, portes ouvertes : telles sont ces "démarches" que, d'ailleurs, vous pouvez (devez !) faire en accéléré si, en début de terminale, vous n'avez toujours aucune idée pour votre future orientation.

APB va changer

En "accéléré" car, en terminale, le calendrier de l'orientation devient très serré, d'autant que vous devrez jongler avec la préparation du baccalauréat. C'est à partir du deuxième trimestre que vous devrez prendre vos premières décisions et formuler vos vœux sur le site qui va remplacer APB (admission postbac). En effet, la plate-forme nationale de préinscription et d'admission dans l'enseignement supérieur, APB, va disparaître à partir de 2018. Cela concerne donc les élèves entrés en terminale en 2017. Si le futur calendrier n'est pas encore connu, il ne devrait toutefois pas être radicalement différent de l'époque APB.

Lire aussi : Exclusif. APB, "angoissant" et "injuste" pour un tiers des étudiants

Début 2018, vous devrez faire un choix parmi plus de 12.000 formations (publiques et privées) présentes sur la plate-forme. Au cours du printemps, il vous faudra compléter vos candidatures. À savoir que certaines formations, comme les BTS et DUT, vous demandent d'envoyer CV et lettre de motivation. C'est au printemps que vous devrez indiquer quelle formation vous visez prioritairement.

Lire aussi : SONDAGE. "Comment imagineriez-vous le futur APB ?"

Attention, il existe aussi des formations qui recrutent, sur dossier ou sur concours, via cette plate-forme ou en dehors, notamment des écoles de commerce, paramédicales, les IEP (instituts d'études politiques)… Des cursus universitaires sélectifs sont aussi concernés (certaines doubles licences, deux formations postbac de Dauphine…). Pour postuler à toutes ces formations, il vous faudra parfois vous y prendre dès le premier trimestre. Les inscriptions aux concours peuvent ouvrir dès octobre. Renseignez-vous bien auprès des établissements qui vous intéressent. Les dates et modalités des concours sont très variables d’une filière à l’autre.

Pas d'idée ? Visez une filière généraliste

Reste à savoir où candidater. Arrivé en terminale, vous savez probablement si vous souhaitez faire des études courtes ou longues, encadrées ou vous laissant de l'autonomie. Le choix d'un secteur professionnel, en revanche, n'est pas toujours arrêté. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez être tenté de vous diriger vers une filière généraliste, telle que les IEP, afin de vous laisser un temps de réflexion supplémentaire. "C'est surtout possible pour les bons élèves, nuance Joanna Kaczynska. En outre, il ne faut pas s'imaginer que l'idée va venir une nuit durant ses études. Il faudra faire la démarche car ça ne dispense pas de faire un choix à un moment."